Nouvelles de la SEMIS

Quelques nouvelles de la

Mission dans l’Industrie en Alsace du Nord

 

 La Mian, un lieu d’église parmi tant d’autres, témoigne en paroles et en gestes de l’Évangile jusque dans le monde du travail et de l’économie en développant dans ses activités une prise en compte de la vie économique et sociale comme un lieu de responsabilité aussi important que la vie intérieure et les rapports privés. Mais la Mian n’est pas la seule à proposer au débat cette réflexion. À un niveau national, le Christianisme social se soucie lui aussi de cette articulation de la responsabilité chrétienne jusque dans le monde de l’économie et du social.

Voici un extrait d’un appel pour une relance du Christianisme social :

A l'orée du XXIe siècle, nous reprenons le chemin du Christianisme social. Le projet de la fin du XIXe siècle reste le nôtre : confronter la foi chrétienne avec son environnement social, économique, politique, culturel et écologique et poser des paroles et des gestes de libération. Si nous vous invitons à cette nouvelle marche, c'est qu'apparaissent dans le christianisme des clivages et des engagements nouveaux qui appellent à des rencontres, des paroles, des actions nouvelles dans un monde qui a cruellement besoin d'amour, de justice, d'espérance.

Nos réflexions sont nourries de nos engagements, de nos lectures de la Bible et de l'héritage intellectuel notamment protestant, de nos dialogues et nos compagnonnages avec les autres croyants, les mouvements intellectuels, politiques et sociaux qui se battent pour un monde plus juste.

Divers dans nos références théologiques, nous nous retrouvons dans un évangile qui repense et repousse sans cesse les frontières, qui refuse les barrières du pur et de l’impur, qui nous dit que la grâce est offerte à toute la création, que la vie est toujours plus forte que les mises à mort sociale, économique, écologique, culturelle, raciste, sexiste ou homophobe. Nous voulons convoquer à nouveaux frais les vieux et gros mots comme Royaume de Dieu, Seigneurie de Jésus Christ, Amour inconditionnel de Dieu : expérimenter leur déplacement dans un nouveau contexte, considérer que la fidélité à laquelle engage la parole religieuse n’est pas déplacement d’un contenu à l’identique, sans transformation mais bien plutôt redéfinition incessantes de ce qu’elle véhicule, réfléchir à ce que notre attachement à ces termes nous fait et nous fait faire.

Cet appel dans son intégralité sera publié prochainement dans un organe de presse protestant.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez vous adresser à la pasteur-animateur de la Mian, Sylvie Foell, au 03 88 53 84 55.

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau