L'école de la vie

 

L'ÉCOLE DE LA VIE

Témoignage d'une enfant de pasteur

Comme enfant de pasteur, j'étais à une école de vie avec comme matière principale l'Evangile et, comme travaux pratiques, le service. J'y ai appris que l'Evangile est une bonne nouvelle qui s'exprime au quotidien par des gestes et des actions qui parlent souvent plus fort que nos mots ; car quelle crédibilité aurait notre priorité pour Jésus si elle n'était pas "incarnée" du lundi au dimanche ?

Au presbytère, c'était souvent le défilé de tous ceux qui savaient ou espéraient qu'une porte leur serait ouverte et que, outre le sandwich, les idées de menus pour moins de 10 francs (c'était encore en francs), l'abri contre le froid en hiver et la violence des époux en toutes saisons, il y aurait une écoute attentive et sans jugement. Ce qui a aussi été important pour moi, c'est la prière de mon père assis sur mon lit à l'heure du coucher. C'est ce que j'ai aussi fait avec mes enfants et cela m'a permis de dire tout haut avec eux les "mercis" pour la journée écoulée et, dans le silence de la communion avec Dieu, mes craintes et mes découragements. J'ai surtout grandi avec la liturgie du "Louange et Prière", utilisée pendant de nombreuses années au culte dominical. Les cantiques, dont je ne comprenais pas la plupart des textes quand j'étais enfant, ont pourtant été le cri de ma prière quand, une fois devenue adulte et parent, je devais faire face à des situations difficiles. Comme des sillons tracés profondément en moi, ces textes, d'un autre âge et d'une tradition ecclésiastique plus ancienne, parlaient à mon âme et à mon esprit. Souvent j'étais même surprise du nombre de strophes dont je me souvenais !

Comme adolescente, j'ai appris des chants nouveaux lors de rencontres et camps de jeunes chrétiens auxquels mes parents m'ont toujours encouragée à participer.

Cette liturgie plus "moderne" a enrichi ma vie spirituelle de façon différente en raison de textes et de musiques plus contemporains. Ces chants, souvent traduits en différentes langues ont servi de "pont" pour m'intégrer dans l'Eglise évangélique internationale en Crète où je vis depuis plus de 30 ans, puis dans l'Eglise locale grecque au sein de laquelle je suis engagée actuellement et continue mon cheminement personnel.

Ma vie spirituelle a commencé comme enfant, et c'est en fait l'histoire d'une "dédicace" progressive avec ses temps d'arrêt, ses chemins ascendants…et descendants. Ce que je dois à mes deux parents c'est, je pense, d'avoir appris à prendre au sérieux la Parole de Dieu et à m'attacher à l'Ecriture comme à une ancre et à l'étudier avec ce désir qu'elle soit Pain et Lampe pour ma vie.

Dominique O. Pontikaki, née Ostertag

Crète/Grèce.

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau